Roumanie
Roumanie à Strasbourg
Crisana
Banat
Bucovine
Moldavie
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

La Roumanie - Histoire de la Roumanie
Un peu de Géographie.

La Roumanie est située au Sud-est de l'Europe.
La Roumanie a une superficie d'environ 238 391km³, soit environ la moitié de la France. La distance nord-sud est de 515km environ. La distance ouest-est est de 720km environ.
La Roumanie a 3150km de frontières, dont 1070km de frontière terrestre, 1837km de frontière fluviale et 245km de frontières maritimes.
Les pays limitrophes sont : la Hongrie à l'ouest, l'Ukraine au nord et à l'est, la Moldavie à l'est, la Bulgarie au sud et la Serbie au sud et sud-est.
Le relief est non seulement varié, mais aussi harmonieusement réparti : 31% de montagnes, 36% de collines et 33% de plaines, complété par le Delta du Danube et le littoral de la mer Noire.
Les montagnes, nommées Carpates, forment une couronne autour du plateau de la Transylvanie.
Les forêts couvrent environ 27% de territoire.
Le Delta du Danube est la plus jeune forme du relief de la Roumanie. Il comprend 3 branches par lesquels le Danube se jette dans la mer Noire : le bras Chilia au nord, le bras Sulina au centre et le bras St Gheorghe au sud. La superficie du Delta du Danube est d'environ 4340km³ dont 78% sont submergés.
La faune est une des plus riches et des plus variée d'Europe.
La capitale est Bucarest ( 2 100 000 habitants). Les principales villes sont Constanta (350 000 habitants), Iasi (340 000 habitants), Galati (330 000 habitants), Brasov (330 000 habitants), Cluj-Napoca (325 000 habitants), Craiova (305 000 habitants), Ploesti (260 000 habitants) et Timisoara (250 000 habitants).
Les principales origines ethniques sont roumaines, 89,5%, magyars 7%, tziganes, 1,5%, et autres ethnies, 1%.
Les roumains sont orthodoxes à 70%, catholiques à 11%, protestants à 5%, plus d'autres religions.
La langue officielle est le roumain. Mais le hongrois est parlé couramment dans les régions habitées par la communauté magyare. En Transylvanie, les descendants des saxons parlent encore l'allemand. Beaucoup de roumains parlent le français. L'anglais est parlé dans les hôtels et les lieux touristiques.

Un peu d'Histoire

Les fouilles archéologiques ont dévoilées des traces de présence humaine datant du paléolithique inférieur (2 millions d'année avant JC). Mais ce n'est qu'à partie de 5 000ans avant JC, que l'on peut parler d'une population stable. Les tribus géto-daces s'installent dans cette région.
Burebista, contemporains de Jules César, réussit pour la première fois à unir les tribus géto-daces , pour jeter les bases d'une puissant royaume.
Au 1er siècle avant JC, avec l'expansion de l'empire romain, le Danube est devenu la frontière entre l'empire romain et le monde dace.
Pendant le règne du roi Décébal, 3 guerres (87-89, 101-102 et 104-105) seront nécessaires pour vaincre ce roi et faire de la Dacie une province romaine. Deux monuments évoquent cet effort militaire : la colonne trajane à Rome et le monument triomphal à Adamsclissi en Dobroudja. Malgrè de très lourdes pertes, les Daces sont restés l'élément ethnique prépondérant. Ils ont été soumis à la colonisation avec l'attribut essentiel qui est l'acceptation progressive de la langue latine.
Les Romains, au vue de la distance entre la Dacie et Rome, sont restés relativement peu de temps dans cette région. Mais les daces sont restés sous l'influence de l'Empire Romain pendant plusieurs siècles. Les Daco-Romains ont adoptés le christianisme latins entre les 1er et 4ème siècles. Ainsi, quant aux 6ème-7ème siècle le processus de formation du peuple roumains s'achève, celui-ci se présente comme un peuple chrétien.
Entre les 7ème et 13ème siècle, le peuple roumain a résisté à toutes les invasions des peuples migrateurs qui ont traversés son territoire.
A partir du 10ème siècle, les différentes sources signalent l'existence de quelques formations d'Etat de la population roumaine, des principautés et des voïvodats, initialement en Transylvanie et Dobroudja, puis dans les régions du sud et de l'est des Carpates.
Aux 10ème-13ème siècles, malgré la résistance opposée par les principautés et les voïvodats roumains, les Hongrois réussirent à occuper la Transylvanie et à l'englober au royaume hongrois. Pour défendre les frontières au sud et à l'est, la couronne hongroise a fait coloniser par des groupes de Szeckler et d'Allemands (Saxons) la Transylvanie.
Au 14ème siècle, deux états féodaux se constituent au sud et à l'est des Carpates : la Valachie et la Moldavie. Les royaumes hongrois et polonais essayent sans succès d'annexer ces deux principautés.
Au cours de la seconde moitié du 14ème siècle est apparu un nouveau danger : l'Empire ottoman. Seul ou alliés au pays chrétien, le plus souvent aux voïvodes des autres principautés, les voïvode de Valachie, Mircéa l'Ancien (1386-1418) et Vlad Teppes (l'Empaleur 1456-1462), Etienne le Grand (1457-1504), prince de Moldavie ou Iancu de Hunédoara (1441-1456), voïvode de Transylvanie, ont mené des luttes acharnées contre les Turcs et ont freinés leur entrée en Europe. Mais les trois principautés, Valachie, Moldavie et Transylvanie ont du un moment reconnaître la suzeraineté de l'Empire ottoman.
La fin du 16ème siècle est dominée par Michel le Brave (1593-1601), qui réussit à reconquérir l'indépendance de la Valachie. Il réussit même, pour la première fois de l'histoire, à réunir les territoires habités par les roumains, en se proclamant prince de Valachie, de Moldavie et de Transylvanie. Malgré son assassinat, cet acte d'union aura une valeur de symbole dans la conscience des futures générations.
Après l'échec subi par l'Empire ottoman au siège de Vienne (1683), l'Empire des Habsbourg commence son expansion vers le sud-est de l'Europe. Les tsars russes rêvent de posséder les détroits des Dardanelles, du Bosphore et Constantinople place les Principautés roumaines au-devant de l'expansionnisme russe.
Pendant plus de 150 ans; les trois principautés sont devenues un champ de bataille. Ces confrontations ont abouties à des déplacements de populations et à des amputations territoriales des provinces roumaines. L'Autriche annexe temporairement l'Oltenie (1718-1739) et la nord de la Moldavie : la Bucovine (1775-1918). La Russie annexe l'est de la Moldavie : la Bessarabie (1812-1918).
Les importantes mutations économiques et sociales du début du 19ème siècle, font germer une idée nationale. Une idée nationale se glisse dans les rêves des intellectuels et constitue la base de projets d'avenir pour les politiciens roumains.
L'année 1848 attire dans l'effervescence révolutionnaire les Principautés roumaines. Au premier plan de la vie politique apparaissent un certain nombre d'intellectuels tels que Ion Heliade-Radulescu, Nicolae Balcescu, Mihail Kogalniceanu, Simion Bamatiu, Avram Iancu et d'autres. En Moldavie les troubles ont rapidement éteints. En Transylvanie, la révolution se poursuit jusqu'en 1849. Malgré l'intervention brutale des forces armées ottomanes, tsaristes et hongroises, les idées démocratiques ont gagnés du terrain dans la décennie suivante.
Après le Congrès de paix de Paris (février-mars 1856),tout en demeurant sous la suzeraineté ottomane, les Roumains ont élu Alexandru Ioan Cuza comme Prince régnant de Moldavie (Janvier 1859) et de Valachie (Février 1859), réalisant ainsi l'union des deux principauté. En janvier 1862, l'Eta national roumain à adopté le nom de Roumanie.
En mai 1866, après l'abdication d'Alexandru Ioan Cuza, c'est Carol de Hohenzollern-Sigmaringen qui a été proclamé Prince régnant de la Roumanie. Une nouvelle constitution à proclamé la Roumanie monarchie constitutionnelle en 1881. Cette constitution restera en vigueur jusqu'en 1923.
Le congrès de paix de Berlin (juin-juillet 1878) confirme l'indépendance de la Roumanie et rétablit ses droits sur la Dobroudja.
La Transylvanie a perdu son autonomie et a été intégrée à la Hongrie. Les hongrois visaient une destruction des autres nationalités. Le Parti National Roumain de Transylvanie a joué un rôle important dans l'affirmation de la nationalité roumaine.
Les années 1878-1914 ont représentées une période de stabilité et de progrès pour la Roumanie.
Au mois d'août 1914 la Roumanie a proclamé sa neutralité. Deux années plus tard, la Roumanie s'est alliée à l'Entente, qui promettait d'aider à la réalisation de l'unité nationale. Pendant l'été 1917, les Roumains ont anéanti la tentative des Puissances Centrales d'éliminer la Roumanie par l'occupation de son territoire. La chute du tsarisme permet aux Roumains de Bessarabie de s'unir avec la Roumanie.
En novembre 1918, le Conseil National de Bucovine vote l'union de cette principauté avec la Roumanie. le 1er décembre 1918, l'Assemblée nationale d'Alba Iulia, en Transylvanie vote l'union de la Transylvanie et du Banat avec la Roumanie.
Les traités internationaux de paix des années 1919-1920 fixent et reconnaissent l'union de toutes les provinces habitées par les Roumains en un seul état.
Les objectifs de la politique extérieure de l'entre deux guerre visaient à maintenir le status-quo régional et appuyer la politique de la Société des Nations.
La Roumanie a proclamé sa neutralité au début de la seconde guerre mondiale. Mais par pressions et ultimatums; la Roumanie doit céder la Bessarabie, le Nord de la Bucovine et la région de Herta à l'Union Soviétique et la partie nord-ouest de la Transylvanie à la Hongrie. Suite à des négociations romano-bulgare, une partie de la Dobroudja revient à la Bulgarie. La crise de l'été 1940 a comme conséquence l'abdication du roi Carol II en faveur de son fils Michel 1er. Le général Ion Antonescu a pris le pouvoir.
Avec le désir de reconquérir les territoires perdus en 1940, le Général Antonescu participe à la guerre contre l'Union Soviétique à coté de l'Allemagne. En août 1944, le Général Antonescu est arrêté sur ordre du roi Michel 1er. La Roumanie se rallie aux Nations Unis jusqu'à la fin de la guerre. Le traité de paix de Paris reconnaît l'appartenance du nord-est de la Transylvanie à la Roumanie mais la Bessarabie, le nord de la Bucovine et la contrée de Herta reste à l'Union Soviétique.
Dans les conditions de stationnement des armées soviétiques sur le territoire de la Roumanie abandonnée par les Occidentaux, la Roumanie a connue une évolution similaire à celles des autres satellites de l'Union Soviétique. Les communistes se sont emparés du pouvoir. Le roi Michel 1er a du abdiquer et la République Populaire Roumaine a été proclamée. La dictature du parti unique a été introduite. La nationalisation des entreprises industrielles, bancaires et de transport, la collectivisation forcée de l'agriculture a été réalisée avec comme objectif principal l'industrialisation de type stalinien.
A la mort du leader d'après guerre; Gheorge Gheorghiu-Dej, en 1965, la direction du parti et ensuite l'Etat ont été monopolisés par Nicolae Ceausescu.
La dictature de la famille Ceausescu, avec un culte de la personnalité pathologique, a eu comme résultat la dégradation de la vie sociale et morale, des disparités économiques et l'isolement du pays par la communauté internationale.
La flamme de la révolution, allumée le 16 décembre 1989 à Timisoara, s'est rapidement répandue dans tout le pays. Le 22 décembre la dictature a été abolie. La révolution a ouvert la perspective de la réinstauration de la démocratie et du système politique, au retour à l'économie de marché et la réintégration dans l'espace européen de l'économie, de la politique et de la culture.
Le Front du Salut National a supprimé les structures communistes, réinstallé l'économie de marché et a tenu des élections libres. Des élections présidentielles, législatives et pour les organes de l'administration locale se sont tenues dans des conditions de pluralisme et de liberté. Une nouvelle constitution a été rédigée, votée et promulguée en 1991.
La Roumanie est membre du Conseil de l'Europe depuis 1993 et membre de l'Union Européenne depuis 2007.

La Roumanie est définitivement revenue aux valeurs démocratiques.

Date de création : 08/01/2009 @ 18:01
Dernière modification : 27/03/2011 @ 11:23
Catégorie : La Roumanie
Page lue 1923 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Diaporamas
Dobroudja
Muntenie
Oltenie
  • Les Monastères

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 11 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
^ Haut ^